…et au parc Sir-Wilfrid-Laurier

Une allée du parc en automne

« Une allée du parc en automne » (2017). Gaétan Sauriol.
Montréal : Archives de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal.

Ce parc urbain n’a pas toujours été cet espace verdoyant offrant des aires de jeux et de détente que l’on connait aujourd’hui.

Jadis il y avait des carrières… et un dépotoir

Le parc Laurier, officiellement le parc Sir-Wilfrid-Laurier, a été aménagé sur un emplacement où il y a déjà eu des carrières en exploitation. On y a extrait de la pierre, notamment de la pierre grise, souvent nommée « pierre grise de Montréal », qui a servi à construire de nombreux édifices de cette ville.
En témoigne cette illustration provenant du Fonds Société Mile-End pour l’histoire et la culture, exemplaire original d’une gravure de l’artiste Henry Sandham (1842-1910) intitulée The Quarries, Near Montreal, by MoonlightLes carrières, près de Montréal, au clair de lune (notre traduction) qui a été publiée dans le journal Canadian Illustrated News du 29 octobre 1870. Il s’agirait vraisemblablement de carrières situées à l’emplacement actuel du parc Laurier qui à cette époque, le territoire ne faisait pas partie de la Ville de Montréal mais plutôt du Village de Coteau Saint-Louis. C’est pourquoi on parle des carrières « près de Montréal ». Les carriers, ouvriers des carrières, ont d’ailleurs grandement contribué à la formation du noyau villageois de Coteau Saint-Louis qui sera annexé à Montréal en 1893. Les illustrations des carrières au 19e siècle semblent assez rares, d’où l’intérêt de l’illustration de Sandham.
Au fil du temps, l’exploitation des carrières a décliné. Les différents emplacements ont été utilisés comme dépotoirs par la Ville. Dès 1903, le terrain situé entre l’avenue Laurier et les rues Saint-Grégoire, Mentana et Dufferin (aujourd’hui De La Roche) est pressenti pour devenir un parc.
The Quarries, Near Montreal, by Moonlight

« The Quarries, Near Montreal, by Moonlight » (1870). Henry Sandham.
Fonds : Société Mile-End pour l’histoire et la culture.
Cote : P0010,S03,P001.
Montreal : Canadian Illustrated News

Développement du parc

Après des travaux de remblayage et différents aménagements, le parc devient officiellement un terrain de jeux en 1930. En 1931, un chalet y est aménagé « … dans le goût « épuré » des années 1920. Ce fut le premier chalet permanent implanté dans un parc. »
 
Les photos ci-dessous, provenant du Fonds Joseph-Marie-Savignac, nous montrent le chalet ainsi qu’un des vitraux qui atteste que l’édifice a été réalisé grâce aux initiatives de Joseph-Marie-Savignac, échevin du quartier Saint-Denis dans l’administration du maire Camillien Houde.
Chalet du parc Sir-Wilfrid-Laurier

« Chalet du parc Sir-Wilfrid-Laurier » (entre 1960 et 1970).
Fonds : Joseph-Marie Savignac.
Cote : P0009,S03,SS01,P001.
Montréal : Archives de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal.

Vitrail principal du chalet du parc Sir-Wilfrid-Laurier

« Vitrail principal du chalet du parc Sir-Wilfrid-Laurier, portant les mentions : J. M. Savignac, Érigé en 1931 » (entre 1960 et 1970).
Fonds : Joseph-Marie Savignac.
Cote : P0009,S03,SS01,P002.
Montréal : Archives de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal.

Durant la grande crise économique des années, 30, à la suite du krach boursier de 1929, les conditions de vie étaient très difficiles. Plusieurs équipements municipaux ont été réalisés dans cette période, afin de venir en aide aux chômeurs, dont le chalet du parc Laurier.
 

L’intégrité du parc est menacée!

En 1954, il est question, afin de faciliter la circulation automobile, de scinder le parc en prolongeant la rue Christophe-Colomb du nord au sud. Joseph-Marie Savignac, réélu à maintes reprises, a défendu ardemment l’intégrité du parc. Cette coupure de presse provenant de son fonds d’archives, en témoigne : en 1960, il gagne sa cause et le projet de prolongement est abandonné!
L'arrondissement des coins du parc donne le dernier mot à M. Savignac

« L’arrondissement des coins du parc donne le dernier mot à M. Savignac » (1960).
Fonds : Joseph-Marie Savignac.
Cote : P0009,S04,P001.
Montréal : Le Guide Mont-Royal.

L'arrondissement des coins du parc donne le dernier mot à M. Savignac, fin de l'article
En grande partie grâce à Joseph-Marie Savignac, le parc Sir-Wilfrid-Laurier est un espace verdoyant offrant des aires de jeux et de détente que l’on connait aujourd’hui…
 

Historique du parc Sir-Wilfrid-Laurier

La Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal, en collaboration avec le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal, a installé sur les lieux une plaque retraçant l’histoire du Parc Sir-Wilfrid-Laurier.
Pour lire le texte de la plaque cliquez sur son image …
Le parc Sir-Wilfrid-Laurier

« Le parc Sir-Wilfrid-Laurier »
Plaque historique de la Société d’histoire du Plateau-Mont-Royal

 

À propos du nom du parc


Avant 1925, le parc se nommait Crémazie. C’est le 29 mai 1925 que le par,c en bordure de l’avenue Laurier, a officiellement été nommé Sir-Wilfrid-Laurier en l’honneur du personnage de ce nom. Sir Wilfrid Laurier (1841-1919) était avocat, journaliste, propriétaire ainsi que rédacteur de journal, et homme politique. Il a été élu le 23 juin 1896 premier ministre du Canada. À ce titre, il a été le premier canadien-français à détenir cette fonction. Il fut pendant quatre mandats successifs premier ministre du Canada (1896-1911).

Sources :
-Répertoire historique des toponymes montréalais : parc Sir-Wilfrid-Laurier
https://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=1560,11779591&_dad=portal&_schema=PORTAL

– Dictionnaire biographique du Canada : LAURIER, sir WILFRID (baptisé Henry-Charles-Wilfrid)
https://www.biographi.ca/fr/bio/laurier_wilfrid_14F.html