Où vas-tu au théâtre ce soir?

 

Durant la première moitié du 20e siècle, Montréal comptait plusieurs « théâtres » sur son territoire. La plupart sont aujourd’hui disparus Ces salles présentaient des spectacles, notamment du vaudeville, des pièces et des projections de films. Une comédienne du Plateau, Rose Rey-Duzil, a joué dans ces théâtres…

Rose Rey-Duzil au théâtre Chanteclerc

D’origine française, elle faisait partie d’une famille d’artistes : sa mère était chanteuse d’opéra, son père, directeur de théâtre et son frère a fait quelques films à Hollywood sous le nom de Georges Renavent. La famille s’est installée au Québec au début du siècle dernier. Rose commença sa carrière d’artiste en 1911, à 15 ans. Elle a travaillé à ses débuts dans la comédie Le Lycée poulardin, au Nationoscope un théâtre qui était situé sur la rue Sainte-Catherine, avec Juliette Béliveau qui demeura par la suite une grande amie.
Rose a joué notamment au théâtre Chanteclerc comme en témoigne cette photo provenant du Fonds Rose-Rey-Duzil. Cette salle de spectacles était située au 1274 rue Saint-Denis (aujourd’hui 4664, rue Saint-Denis). Est-ce que ce théâtre a été nommé en référence à la pièce de théâtre Chanteclerc d’Edmond Rostand, auteur fort connu à l’époque, écrite en 1910? Le théâtre a été fondé en 1912. Mystère.

En scène!

Au Chanteclerc, dans la semaine du 7 juin 1920, Rose Rey-Duzil jouait dans la pièce L’Outrage, un drame en 5 actes de Th. Barrière et Ed. Plouvier comme nous l’indique le programme de spectacle ci-contre. Elle y tenait le rôle de Jeanne d’Albert. À noter qu’à cette époque, seul le nom de famille des comédiens et comédiennes était indiqué, un usage de tradition française. Le programme changeait alors chaque semaine ce qui était exigeant pour les acteurs.

Au cours de sa carrière de comédienne, Rose Rey-Duzil a joué dans plusieurs salles et a tenu de multiples rôles : les ingénues, les jeunes premières, les femmes mûres, les aïeules, les marâtres… Un de ses grands rôles fut dans La Dame aux camélias et un de ses préférés, La Femme X.
Rose Rey-Duzil a joué pour le Théâtre du Rideau vert. Sur la photo ci-contre, nous la voyons à gauche, un comédien lui tenant la main, avec l’équipe de la pièce Les trois sœurs, d’Anton Tchekhov dont la première a eu lieu le 15 avril 1966. La pièce mettait en vedette Nathalie Naubert, Yvette Brind’Amour et Hélène Loiselle. Sur la photo, on peut reconnaitre Marjolaine Hébert et d’autres comédiens connus de l’époque.

Saviez vous que …

Le Théâtre Chanteclerc, le Théâtre Stella et le Rideau vert ont occupé le même édifice?
Le Théâtre du Rideau vert a été fondé en 1948. À ses débuts, les productions ont été jouées dans diverses salles : aux Compagnons, au Gésu, au Monument national, à l’Anjou et, finalement, au Stella Le Théâtre Stella qui était l’ancien Théâtre Chanteclerc, a subi des transformations à deux reprises pour donner la salle que l’on connaît aujourd’hui le Rideau vert.
Source :
– Le Théâtre du Rideau vert : 50 ans à célébrer le théâtre (1949-1999). Leméac Éditeur.
– Le Théâtre du Rideau vert : Mission et historique.

Une artiste polyvalente!

Rose Rey-Duzil avait une très belle voix : elle a chanté, notamment à la radio et aux Variétés lyriques. Sur la photo ci-contre, nous la voyons avec les comédiens de Joséphine vendue par ses sœurs, un opéra-bouffe en 3 actes de Victor Roger présenté le 27-28-29 et 30 novembre 1941 aux Variétés lyriques. La photo indique 1940 comme date mais ce spectacle faisait bien partie de la saison 1941-1942. Rose Rey-Duzil est au centre de la photo.

À propos

Les Variétés lyriques ont marqué la scène musicale à Montréal


Compagnie privée de production d’œuvres lyriques, principalement d’opérettes, les Variétés lyriques ont été fondées à Montréal en 1936 par les chanteurs Lionel Daunais et Charles Goulet. Au cours de 19 saisons consécutives au Monument national et sans la moindre subvention publique ou privée, la compagnie présente 102 opérettes, 15 opéras et une revue, pour un total général de 1084 représentations. Les Variétés lyriques prennent la relève de la Société canadienne d’opérette qui cesse d’exister en 1934 après une décennie d’activités.
Source : – Les Variétés lyriques : historique, BAnQ.

Une pionnière à qui un hommage est rendu.

Rose Rey-Duzil fut une pionnière du théâtre, de la radio et de la télévision au Québec : elle a joué dans des pièces, des radioromans, des téléthéâtres, des téléromans comme L’Or du temps, des téléséries. Elle a même fait un peu de cinéma. À la fin de sa carrière, elle a enregistré des commerciaux. Un hommage lui a été rendu par ses pairs à la Place des arts de Montréal, le 24 janvier 1971, à la fin de la pièce Carlos et Marguerite dans laquelle Rose Rey-Duzil jouait. Les 60 ans de carrière de Rose Rey-Duzil furent alors soulignés. Cette pièce était aussi télévisée pour le compte du Théâtre Alcan.
Rose Rey-Duzil s’est mariée en 1919 à un pompier, Cyrille Ouellette. Le couple, parent d’un garçon, Adrien, a vécu sur le Plateau Mont-Royal où ils ont acheté une maison à logements qu’ils louèrent, entre autres, à des comédiens afin de les accommoder. Rose Rey-Duzil était reconnue dans le milieu artistique pour sa gentillesse. Elle est décédée à Montréal, le 2 janvier 1981, à l’âge de 85 ans. Elle comptait plus de 70 ans de carrière.